Mosquée d'Orly - Association Socio-culturelle et Cultuelle des Musulmans (ASCM)

Sultan rose
...Et la prise de Constantinople

Il y a, dans l’histoire de chaque civilisation, des personnages, qui à travers leurs actions ou leurs propos, sont élevés au rang de véritables héros. Ces derniers permettent une véritable communion de tout un peuple, bien des siècles plus tard. Le Sultan Muhammad II dit Al-Fatih (le conquérant) fait partie de ces personnes. Il est parmi les plus célèbres sultans de cette longue dynastie ottomane. Arrêtons-nous quelques lignes sur son histoire…

7e sultan de l’empire ottoman, il est un des fils du Sultan Mourad 2. Il naquit le 1 avril 1432 dans la ville d’Edirne, partie occidentale de la Turquie actuelle. Etant enfant il reçut une éducation rigoureuse. En plus du savoir religieux, il apprit le Grec et le Latin. On dit de lui qu’il parlait couramment sept langues. A l’âge adulte, il fut un grand chef politique et militaire doté d’une curiosité pour l’art, les sciences et la philosophie.

Il accéda au pouvoir en 1444, par la volonté de son père alors qu’il n’avait que 15 ans. Voyant que la tâche était trop lourde, Mourad 2 reprit le trône sous la pression des janissaires. En effet, Muhammad Al-Fatih dut affronter des crises importantes. Le roi d’Hongrie, Ulaszlo 1er, en profita pour lancer une expédition traversant le Danube en septembre 1444. La peur de cette invasion incita Mourad 2 à reprendre les choses en main. Il remporta la victoire contre les Hongrois en novembre 1444, ramenant la stabilité à Edirne. Al-Fatih ne remontra définitivement sur le trône qu’à la mort de son père en 1451.
entrée constantinople
Chute et fin de l’Empire romain d’orient

Muhammad Al-Fatih, entre définitivement dans l’histoire le 29 mai 1453, lorsqu’il conquit Constantinople, date qui sonna le glas pour l’Empire Byzantin. D’ailleurs, c'est de cet événement que le surnom de "Al Fatih" lui sera attribué.

A son arrivée au pouvoir, il fait de la prise de Constantinople son objectif principal. Pour cela, il s’assure de la neutralité de Venise et de la Hongrie en signant des accords de paix. Puis il entame la fabrication d’immenses canons qui serviront lors de la prise de la ville. Aussi, il fait construire la "forteresse de Roumélie" sur la rive occidentale du Bosphore contrôlant ainsi le détroit. Cette nouvelle forteresse permettra notamment de bloquer tout type d’approvisionnement et de renfort militaire à destination de Constantinople.
L’Empire byzantin, comprenant la menace, accumula des stocks de vivre.L’empereur Constantin XI protesta contre la construction de ce fort mais en vain. Le sultan lui propose même de se rendre mais il décline cette invitation.
carte batailleLe 5 avril 1453 commence le siège de la ville. Le bombardement des murs de la ville est intense. La population se trouve dans l’obligation de s'enfermer à l’intérieur des murs. Les combats s’accentuent de toute part, mais le sultan comprend rapidement qu’il ne remportera définitivement la victoire que si ses forces navales interviennent. En effet, Constantinople reçu de l’aide de la part des vénitiens et des génois.

Il décide alors de faire passer 70 navires par voie terrestre pour accéder directement à la "Corne d’Or", port stratégique de Constantinople. La pression s’accentue donc sur Constantinople mais les Byzantins se défendent farouchement. Le moral des turcs commence également à faiblir, vue les pertes humaines importantes. L’état-major ottoman décide tout de même de continuer le siège et de rependre les bombardements. Le mardi 29 mai 1453, l’assaut final est lancé. L’armée ottomane accède à l’enceinte de la ville très rapidement. L’empereur Constantin XI y laissa la vie.
corne dor
Il s’en suit un pillage important de la ville par les régiments ottomans et de nombreux habitants sont faits prisonniers dans le but d’obtenir des rançons. On parle d’ailleurs de 50 000 prisonniers. Le sultan met fin au pillage le soir du 29 mai. Le vendredi 1er juin, il effectuera la prière rituelle au sein de la Basilique Sainte Sophie.


Constantinople devient la nouvelle capitale de l’empire ottoman. La prise de la ville est un véritable coup de tonnerre dans les esprits de l’époque, pensant que ses remparts étaient imprenables. Même si certains souverains parlent rapidement de croisade à l’instar du Pape Nicolas V, l’idée est très vite abandonnée.

Le sultan décède le 3 mai 1481 à Gebze. A la suite de sa mort, une lutte pour le pouvoir entre ses fils Bayezid et Djem éclate. C’est finalement Bayezid qui succédera à son père.

A noter, un film turc sorti en 2012, relatant la prise de Constantinople par les troupes ottomanes. C’est la production cinématographique turque sur l'histoire qui a necessité le plus gros budget.

Légendes:
image 1: Le Sultan sentant une rose,peinture du XVeme siècle extraite du Sarai Album.
image 2: Entrée du Sultan dans Constantinople, peinture de Fausto Zonaro (1854-1929)
image 3: Carte des forces ottomanes et byzantine lors du siège
image 4: Le passage de la flotte dans la Corne d'Or, peinture de Fausto Zonaro (1854-1929)

Sources :
http://www.universalis.fr/encyclopedie/mehmed-mehmet-2
http://www.theottomans.org/english/family/mehmet2.asp
Edward Gibbon, La Chute de Constantinople, Paris, Payot, coll. « Petite Bibliothèque Payot », 2011