Mosquée d'Orly - Association Socio-culturelle et Cultuelle des Musulmans (ASCM)

Nom d'Allah le Très Miséricordieux, le Tout Miséricordieux


zakat

Que la Paix d'Allah Le Tout Miséricordieux et Sa Miséricorde vous accompagnent Je souhaiterai vous posez certaines questions :

1. La zakat : Pour tout musulman, cet impôt est obligatoire (sauf pour les nécessiteux) et représente un acte de piété au même titre que la prière ou le jeûne (Ramadan). Zakât ul-Fitr : versée à l'occasion de la fête marquant la fin du jeûne du mois de Ramadân (fête appelée "Eïd El-Fitr") et qui consiste en un repas offert à un nécessiteux (qui correspond en France à une somme estimée à environ 5€), Zakât El-Mâl : charité appliquée sur les possessions, le patrimoine, du musulman. Cet impôt est calculé à partir d’un taux de 2,5% sur la somme minimale d’argent économisé sur un an appelé nissab. Ma question est : Moi je suis en France est ce que je peux envoyer cette somme au pays (Algérie) ? Je pose la même question pour la zakât ul-Fitr ?

2. La prière : La prière (Salât) constitue le devoir le plus important d’un musulman : Ici en France la Satât « Isha » pendant la saison de l’été arrive vers 00h15 et la Salât « El fajr » vers 03h00. Je travaille et je commence 5H00 et je pars de chez moi vers 4H00. Est-ce que je peux faire Salat « el ijma3 » Maghrib et Aicha ?

Que la Paix d'Allah Le Tout Miséricordieux et Sa Miséricorde vous accompagnent

divid

Au nom d’Allah le Miséricordieux le tout Miséricordieux

As-salâm aleykoum wa rahmatullâh wa barakâtuh

Concernant votre première question sur zakât al-mâl et zakât al-fitr, sachez que le versement de cette taxe se fait en règle générale dans le lieu où se trouve l’argent. Le Prophète (paix et bénédictions de Dieu sur lui) avait effectivement fait les recommandations suivantes à Mu‘âdh b. Jabal (qu'Allah l'agrée) avant son départ pour le Yémen : « …  Fais-leur savoir que Dieu leur ordonne (de s'acquitter d') une aumône prélevée sur les biens de leurs richesses pour être distribuée à leurs pauvres » Bukhârî et Muslim. C’est à la lumière de cette parole prophétique que la plupart des juristes musulmans ont imposé d’abord une distribution locale de la zakât. Ainsi, le transfert de la zakât n’est pas permis au-delà d’une distance d’environ 89 km (masâfat al-qasr). Si toutefois, les besoins locaux sont satisfaits, le paiement de la zakât à l’étranger est envisageable, de même si c’est pour des personnes plus nécessiteuses ou dans d’autres concours de circonstances. On peut noter en outre que l’imâm Abû Hanîfa réprouve (makrûh tanzîhî) le versement de la zakât à l’étranger, mais ne l’interdit pas pour autant. Par contre, s’il s’agit de proches étant dans le besoin, le transfert est, selon lui, permis sans répréhension aucune.

Nous retenons de ce qui précède que la zakât doit être versée en priorité, sauf en situations exceptionnelles, aux nécessiteux de l’endroit où elle a été prélevée. Le hadîth de Mu‘âdh, précédement cité, confirme effectivement cette position. Par ailleurs, les mêmes règles s’appliquent à la zakât al-fitr. En d’autres termes, le transfert de la zakât al-fitr n’est pas autorisé sauf en cas de nécessité.

Concernant la deuxième question :

En effet, la salât constitue, comme le précise le Prophète (paix et bénédictions de Dieu sur lui), la colonne vertébrale ou le pilier par excellence de l’islam (Tirmidhî). Chacune des cinq prières a un temps bien déterminé pour être accomplie : « La salât demeure pour les croyants une prescription à des temps déterminés » Coran 4/103. Ainsi, le musulman doit faire tout son possible pour respecter toutes les heures de prière. Le Coran met également en garde ceux qui négligent l’observation assidue de la salât : « Malheur donc à ceux qui prient tout en négligeant leur salât » 107/3-4 ; voir aussi 19/59.

Cependant, il est possible de regrouper les prières en cas de besoin. D’après Ibn ‘Abbâs (qu'Allah les agrée) le Messager de Dieu (paix et bénédictions de Dieu sur lui) avait regroupé les prières de Dhuhr et ‘Asr ainsi que celles du Maghrib et du ‘Ishâ’ à Médine sans pour autant être en situation de peur ou de pluie. Lorsqu’on interrogea Ibn ‘Abbâs (qu'Allah les agrée) pour quelle raison le Prophète (paix et bénédictions de Dieu sur lui) avait agi de la sorte, il répondit : « C’est pour ne pas mettre sa communauté dans la gêne » (Muslim). Ainsi, vous pouvez regrouper vos prières du soir à condition que : vous vous mettiez immédiatement au lit après avoir prié, que cela se fasse uniquement dans le cadre d’une réelle contrainte et que cela ne devienne pas une habitude. En outre, dans certains calendriers les prières du ‘Ishâ’ et du Fajr ne sont pas aussi rapprochées, y compris pendant les nuits d’été. Vous pouvez donc vous y référer et cela vous permettra peut-être d’accomplir vos salât normalement. Enfin, une autre possibilité s’offre à vous : c’est de prier la prière du Maghrib et de vous lever avant la prière du Fajr pour accomplir celle du ‘Ishâ’.

Et Allâh est Omniscient.

Mohammed H.

 
cheap jordanscheap yeezysua yeezyjordans cheapjordan pas cherair jordan pas cherJordan scarpe